Exhib Libertine

Ma premiére exhib...

Je vous passe ma période touche pipi avec mes copains et copines de la

maternelle. Le récit que je vais vous raconter se passe l'année de mes 15 ans.

 

Bien qu'étant déjà pas mal porté sur la chose, je n'avais pas encore connu

l'immense bonheur de me faire pénétrer par un sexe masculin. J'avais bien eu

un petit copain, nous passions des heures à nous embrasser, lui la main dans

ma culotte à me fourrer maladroitement son doigt pour me fouiller la fente et

moi à lui astiquer consciencieusement son sexe. cela finissait toujours pareil,

celui ci lachait ses quatres gouttes de sperme et sa bitte ramollissait aussitôt.

En bref je restais le plus souvent sur ma faim.. et j'avais faim.. Revenons à cette

première fois ou j'ai pris un super pied à m'exhiber le minou.

 

Nous étions en ballade dans une forêt avec mes parents, j'aime les ballades

mais ce jour là j'étais un peu fatiguée. J'ai donc laissé mes parent partir à t

ravers bois et suis restée vers la voiture. J'avais emmener de la lecture et

me suis donc réinstallé sur la banquette arrière pour bouquiner. Le livre était

trop nul et je l'ai vite abandonné. Il faisait chaud, j'avais ouvert les vitres et

me suis installée confortablement un pied appuyé sur le rebord. Les cuisses

écartées, je me sentais bien et machinalement je me mis à me frotter au

travers de ma petite culotte ma petite chatte. Très vite j'ai écartée la culotte

devenue un obstacle à mes caresses.

 

Je mouillais comme une petite cochonne, mon doigt allait de temps en temps

rechercher un peu de jus visqueux pour apaiser mon clito frémissant.

 

Trop occupée à mes affaires, je n'avais pas vu qu'un homme s'était

rapproché de la voiture. Dissimulé derrière un arbre, il profitait du spectacle

à mon insu. Je ne me serrais pas aperçu de sa présence si voulant se

rapprocher un peu plus, il n'avait pas marché sur une branche qui craqua

sous son poids. Je restais un moment pétrifié. mélange de honte et de peur

je n'osais plus bouger. Il mit son doigt devant sa bouche comme pour me

dire, ne crie pas et me fit signe qu'il retournait à sa place.

 

Il m'invitât à poursuivre d'un geste de la main. Rassurée, mais encore sous

l'effet de la surprise, je ne réagissais pas. L'homme avait repris sa place

mais ne se cachait plus derrière l'arbre. Voyant que je ne bougeais plus, il

pris l'initiative de sortir sa queue. Mon dieu qu'elle était grosse ! Moi qui

n'avait eu en main que celle de mon petit copain.. Il se mit à se masturber

doucement et de sa main libre il m'encouragea à poursuivre.

 

La vue de cette bite dressée et tendue, les attentions apparemment

pacifistes de l'homme me firent dire qu'après tout, pourquoi ne pas

poursuivre. Je fixais son sexe, ne le lâchant pas du regard. Cette bitte

gonflée à bloc m'excitait. je repris mes caresses. J'était trempée, ma

vulve était en feu. L'homme se branlait maintenant plus vite. je gémissait

et sentais le plaisir envahir tout mon corps. je jouissais comme une folle.

 

Il explosa en de longs jets, la tête en arrière. Il continuât un instant ses

mouvements puis remis à sa place son engin dans son pantalon. Il m'envoyât

un baiser avec sa main puis disparut par où il était venu...

Je crois que c'est à partir de cet instant que j'ai pris goût aux exhibitions

en voiture.

 

Laure du 33



27/04/2006
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 274 autres membres