Exhib Libertine

Sylvie et les Gods

Je continue donc l explication de mon voyage au seins des plaisirs lesbiens. Je couchais regulierement avec Florence et je prennasis de plus en plus d assurance et de plaisir. Elle avait remarque au fil du temps que j'etais sensible a ses doigts quand ils me penetraient. Elle savait que j avais eu plus jeune deux rapports sexuels avec des garcons pour voir et que je n etais pas vierge, vaginalement parlant au moins.Un jour que nous faisions l amour, elle se leva et me declara que devenais devenir une vrai femme. Cela me surpris et je le fut encore plus lorsque elle revint affublee d un god ceinture noir qui me paraissait enorme et donnait l impression qu elle etait devenue un homme. Elle s approcha de moi allongée sur le lit et le fourra dans ma bouche en me disant de sucer. Je m excecutais sans que cela, j avoue, ne me fasse ni chaud ni froid. Elle me disait pendant ce temps que beaucoup de femmes aimaient se prendre pour des mecs et qu il fallait que je sache les satisfaire. Puis elle s agenouilla sur le lit devant moi, ecarta mes cuisses en gran, me regarda en souriant et et approcha le bout de ma vulve. J etais tres inquiete de la douleur a venir mais elle penetra avec une certaine douceur. Puis elle se coucha sur moi et alla et vint comme l avait fait les rares amants de ma jeunesse. J etais bien mais cela ne m envoyait pas au paradis. Au bout d un moment elle sortit et me demanda de me retourner a 4 pattes. J obeis et je sentis aussitot l objet passé qq instant entre mes levres et me posseder. Curieusement je la sentais mieux comme cela et le plaisir et plus fort. En allant et venant elle me parlait disant que j etais tres douee, que je devais laisser mon plaisir monter sans taboo, etc...Puis elle eu les mots que je craignais d entendre: "tu veux que je t encule Sylvie". Comme je me concentrais sur mon plaisir et que je repondais pas elle repeta la question deux ou trois fois et comme je ne repondais tjs pas, elle ajouta que j'avais trop peur de repondre, sorti le god de ma chatte et le posa contre mon anus en appuyant doucement. Comme je ne resistais pas, elle me serra et me penetra. Je serrais les dent car la douleur etait intense mais je n avais pas force de dire non. Elle me parlait mais je n entendais pas ses mots tellement j 'etais concentré sur ce melange de douleur et d excitation. Au bout de qq minutes de va et viens, je commencais a me masturber pendant qu elle donnait de petit coup de rein dans mon cul. Je finis par jouir et je tombais allongée sur le ventre sur le lit. Elle voulu se retirer mais je lui demandai de rester qq minutes et nous restames comme cela, elle sur et en moi couchée sur le lit.Elle finit par partir laver l objet et je restais pas, seule, ouverte, me demandant jusqu ou me conduiraient mes hormones....



 



26/01/2007
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 274 autres membres